Qu'est-ce qu'une infection nosocomiale (IN)?
 
Comment contracte-t-on une IN?
Quelle peut être la gravité d'une IN ?
Comment peut-on prévenir une IN?
Quelle est la probabilité de contracter une IN ?
Quels facteurs peuvent augmenter les risques de contracter une IN ?
Combien de personnes meurent chaque année d'une IN?
Quelles sont les IN les plus courantes et les principaux germes impliqués ?
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Qu'est-ce qu'une infection nosocomiale ?

Une infection nosocomiale est une infection contractée dans un établissement de santé.
Si l'infection apparaît moins de 48h après l'admission, on en déduit que l'infection était en incubation au moment de l'admission, et qu'elle n'a donc pas été contractée dans l'établissement de soins. L'infection n'est pas nosocomiale.
du latin 'nosoconium', hôpital ; du grec 'nosos', malade ; komein, soigner

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 


Comment contracte-t-on une infection nosocomiale ?

L'hôpital et la clinique abritent de nombreuses sources de germes (agents infectieux tels que les virus et les bactéries) : la principale source de contamination est le patient lui-même, le personnel joue un rôle de vecteur de transmission. Plus rarement, le matériel et l'environnement aérien ou hydrique peuvent être des sources de contamination nosocomiale.

Les infections ont donc le plus souvent une origine " endogène " qu'" exogène ".

les infections " endogènes " :
Le patient est infecté par ces propres germes au cours de certains soins (actes chirurgicaux, sondage urinaire, respiration artificielle,…).
On parle alors d'auto-infection.

les infections " exogènes " :
Le patient est infecté par des germes provenant d'autres personnes (personnel soignant, autre malade, visiteur) ou de l'environnement.
On parle d'infection croisée.


Schéma explicatif des différentes sources d'infection :

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Comment peut-on prévenir les infections nosocomiales ?

Il n'est pas toujours possible d'éviter la transmission de telles infections. Mais il est tout à fait possible de limiter leur fréquence et leur gravité.

Par le respect des précautions d'hygiène et d'asepsie:
 
La transmission des germes à l'hôpital se fait principalement par les mains du personnel soignant. Elles doivent donc être lavées avant et après chaque soin.
 
La peau du patient doit être désinfectée avant tout geste invasif, c'est à dire entraînant une lésion de l'organisme (pose d'une perfusion, intervention chirurgicale,…).
Le matériel utilisé pour ces actes doit être également parfaitement désinfecté et/ou stérilisé selon les protocoles définis par l'hôpital.
Par le contrôle de l'environnement du patient :
 
L'eau, l'air et les surfaces sont naturellement contaminés par des germes. Il est donc nécessaire de contrôler fréquemment la qualité bactériologique de l'air et de l'eau. Il faut néanmoins savoir que la contamination par l'environnement est assez rare.
(c.f. légionellose, aspergillose)

Retour Haut de page

 

 

 

 


Quelle est la probabilité d'acquérir une infection lorsque je rentre à l'hôpital ?

En 2001, une enquête a été réalisée à l'échelon national dans 1533 hôpitaux (environ 91 % des lits d'hospitalisation publique). Les résultats de cette étude montraient que 6,9% des patients présentaient une infection nosocomiale, soit un peu plus d'un malade sur vingt.
Mais ce taux varie en fonction de la situation médicale du patient (cf. facteurs de risques), de la charge en soins et par conséquent du service d'hospitalisation. Ainsi, les services de réanimation où les patients sont plus fragilisés et subissent plus de soins, sont plus touchés avec près d'1 patient infecté sur 3. En revanche, la pédiatrie ne présente qu'un taux faible d'infections (moins de 5%).

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 


Combien de personnes meurent chaque année en France d'infections nosocomiales ?

Une enquête menée par le CCLIN Paris-Nord en 2000-2001 a permis d'évaluer que l'infection nosocomiale contribuerait de façon certaine au décès chez environ 8900 patients quel que soit leur état de santé.
Mais pour plus de la moitié de ces patients, le décès était attendu dans les 15 jours avant même la survenue de l'infection.
Pour les patients dont le décès n'était pas attendu à court terme, il a été estimé que l'infection nosocomiale contribuerait au décès d'environ 4200 d'entre eux.

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quelles sont les infections nosocomiales les plus courantes et quels sont les principaux germes impliqués?

Sites les plus fréquemment infectés :

Principaux germes impliqués dans les infections nosocomiales :

Les germes les plus fréquemment identifiés lors d'une infection nosocomiale sont Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa.
Certaines de ces bactéries posent avant tout le problème des multirésistances aux antibiotiques. Ces bactéries multirésistantes ou BMR ne sont sensibles qu'à un petit nombre de familles ou de sous-familles d'antibiotiques. Le traitement d'infections pour lesquelles sont impliquées des BMR apparaît donc souvent problématique. Une espèce prédomine actuellement en France : Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM).

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quelle peut être la gravité d'une infection nosocomiale ?

Toutes les infections n'ont pas la même gravité.
Cette gravité dépend, d'une part de l'état du patient et d'autre part, de la virulence de l'agent infectieux. Plus le patient est fragilisé, plus l'infection sera grave.

Les infections urinaires, qui représentent les infections nosocomiales les plus fréquentes, ne sont en général pas graves. En revanche, certaines infections pulmonaires ou certaines septicémies (infections provoquées par des agents pathogènes présents dans le sang) peuvent être très graves et parfois entraîner la mort.

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quels facteurs peuvent augmenter les risques d'acquérir une infection nosocomiale ?

Les facteurs de risque liés au patient :
âge avancé
très jeune âge
immunodépression (séropositivité au VIH, chimiothérapie, …)
diabète
obésité, dénutrition
   
Les facteurs de risque liés aux soins et aux interventions :
sondage urinaire, gastrique ou trachéale (ventilation assistée)
cathéter veineux
intervention chirurgicale
endoscopie
   
Les facteurs de risque liés à l'agent infectieux :
virulence
résistance aux antibiotiques

Retour Haut de page